Nos mots préférés



« Aux origines, tout au début, lorsque l’idée d’un magazine papier en ligne a germé dans mon esprit en 2009, c’était encore l’une de ces périodes où je relisais d’anciennes amours, celles qui me portent et m’accompagnent depuis toujours… Et l’idée de ce titre étonnant emprunté à Baudelaire m’a été soufflée, me semble-t-il par une personne que j’aimais. Tellement séduisante et juste. Car, quel plus grand luxe dans nos vies que la littérature pour nous sortir du tumulte, et mettre la distance nécessaire entre nous, et ces écrans qui nous happent ! Votre réflexion me précède : je sais ce dont je parle, en tant que rédactrice en chef d’un pureplayer… Je suis même un peu gonflée, n’est-ce pas ? Lorsque je ne rêve que de papier depuis le départ de cette belle aventure, accompagnée par des contributeurs dont la plume, magnifique, a enrichi les colonnes de ce média digital qui occupe désormais une place, son petit espace, dans le paysage numérique… Merci à tous, pour votre fidélité de lecture et votre soutien. »

Karine Dessale, Chief Editor, LCV Magazine (All Rights reserved since 2009)

"Originally, at the very beginning, when the idea of ​​a "web newspaper" sprouted in my mind in 2009, was still one of those times when I read old lines again and again, those I can lean on for ever. In a blink of an eye, the idea of ​​this amazing title borrowed from Baudelaire came to my mind, inspired by someone I loved. Allure and style. Because, what greatest than luxury in our lives we can get, and literature getting us out of the tumult, and put the distance we need between us, to survive to those screens grabing us so much ! I know whatI'm talking about, as a pureplayer editor... When I only dream of paper since the beginning of this beautiful adventure, with amazing contributors whose writings, have enriched the columns of this webmedia that now occupies one place, tiny but real, in the digital landscape. Thank you all for your study reading and your support. Small is rare, and beautiful, isn't it ?

 


L’Invitation au Voyage

Mon enfant, ma sœur,
Songe à la douceur
D’aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l’ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l’âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l’humeur est vagabonde ;
C’est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu’ils viennent du bout du monde.
– Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D’hyacinthe et d’or ;
Le monde s’endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n’est qu’ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Charles Baudelaire