Claude Gassian

Pendant qu’Anton Corbijn publie Famouz, Claude Gassian titre Anonymous. Ce nom donné à son exposition à la Govinda Gallery de Washington illustre on ne peut mieux un personnage singulier, un photographe de musique qui ne s’est jamais contenté de capter l’extravagance des artistes. Depuis le tourbillon musical de la fin des années 60, Claude Gassian traque les états d’âme de ses guitar heros et autres chanteurs.

Joshua Redman, l’instinctif

Joshua Redman aime les introductions qui s’étirent et se tordent jusqu’à la corde. Comme l’adepte des Ronsardises séduit à pas lents, part pour revenir, sertit ses allers pour retours, puis cueille sa proie douce en un geste simple et définitif. Le jazz de ce Redman là, fils de Dewey du même nom et saxophoniste lui aussi, a toujours été une arme à deux temps. Même lorsqu’il était encore un peu immature, il savait déjà prendre son temps.

Nicolas Buisson

Le photographe Nicolas Buisson aime la diversité dans l’espace. Et pour prendre ses clichés intrigants, il mêle son instinct d’homme avec l’art de la mise en scène et de l’architecture. Témoin privilégié de lieux exceptionnels qu’il perçoit toujours avec un regard personnel, il nous ouvre les portes de son travail et nous en dévoile certaines clés pour l’apprécier encore et toujours plus. Décryptage d’une série de photographies par l’artiste.