Confinement créatif pour Vincent Collin

D’un naturel plutôt réservé et discret, Vincent Collin a néanmoins accepté de nous parler de son confinement. Créateur d’objets, artiste passionné, rigoureux et précis, son domaine de prédilection demeure les matières naturelles. Ses pièces se distinguent par leur dimensions hors-normes et par un travail autour du détournement de la matière, buffet en céramique, luminaires en béton… A découvrir !

Instagram : @collin_vincent /@galerie_edition_limitee / @porcelaine_virebent

Instagram : @lcv_magazine

LCV Magazine : Comment allez-vous Vincent ? Et comment vivez vous cotre confinement?

Vincent Collin :  La vie ressemble a un interminable dimanche du 15 août ! La fermeture du fleuriste de mon quartier a végétalisée mon bureau de confiné non loin de mon atelier. En lieu et place d’un chantier Charentais suivi d’un workshop Lotois, tout va bien dans un Paris déserté.

LCV Magazine : Comment vous occupez-vous ? Est-ce que vous parvenez à travailler à distance ?

Vincent Collin : Malgré des approvisionnements compliqués le travail se poursuit entre atelier, cahiers et mail. On découvre les joies du travail en Visio-atelier, qui reporte à un futur détail de matières et nuance de teintes. 

LCV Magazine : Quels petits bonheurs vous aident à tenir ? 

Vincent Collin : Chaque matin, traverser la place de la Bastille, pour chaque soir rentrer par la place des Vosges, c’est le petit bonheur du travailleur !

Merci à Carole Schmitz pour avoir recueilli ces confidences, rares...
, , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.