Diana Broussard, en confinement dans la ville qui ne dort jamais

Diana Broussard est styliste et créatrice d’accessoires de mode pour sa marque éponyme. Après avoir parcouru l’Europe et travaillé avec les plus grandes maisons de mode, elle se ré-installée à New-York depuis 2001. Son regard avant-gardiste sur le milieu dans lequel elle évolue, la créatrice ne tarde pas à comprendre l’importance d’inclure le high-tech dans ses créations, faisant ainsi la différence. Consciente d’être dans une période de grand changement, elle nous confie ses impressions sur cette isolement forcé !

Instagram : dianabroussard
Website : www.dianabroussard.com

LCV Magazine :  Comment allez-vous Diana ? 

Diana Broussard : Ca va, je vous remercie. Au cours des dernières semaines, j’ai conçu de nombreux bijoux pour une autre marque de luxe. Ce travail m’a permis de penser à autre chose et de me détourner un peu des soucis. 

LCV Magazine : Comment vivez-vous votre confinement ?

Diana Broussard : En tant que propriétaire de magasin, j’ai été obligé de fermer et de laisser partir mes employés pour le moment. Cela a été la partie la plus difficile et la plus triste de cette situation.

LCV Magazine : Comment occupez-vous vos journées et est-il facile de travailler à distance ? 

Diana Broussard : J’ai eu ma première vidéo-conférence il y a peu de temps à l’occasion de ma collaboration avec la marque je luxe dont je vous ai parlé, cela m’a obligée à scanner mes dessins via l’application turboscan afin de pouvoir les envoyer en format PDF, avant la réunion. J’ai trouvé que c’était super utile. Sinon, j’essaie de rester pro-active sur la façon de gérer le futur proche. Je fais beaucoup de recherches concernant l’assurance de mon magasin, son bail et m’informer sur les moyens de trouver une aide financière pour les prochains mois, suite à de cette catastrophe. Je pense que les propriétaires de petites entreprises comme moi auront de vraies difficultés à obtenir de l’aide, mais je reste optimiste. Cette situation doit aussi nous amener à réfléchir différemment. Ne voyons pas seulement le coté noir de cette crise, mais essayons de comprendre ce qu’elle apporte. Apprenons à nous réinventer, à aborder les choses autrement, à ne pas penser que tout est acquis. Je dois avouer qu’en se mettant en pause de la vie moderne et parfois tumultueuse que nous vivons à New-York, je me sens à certains égards plus proche de qui je suis vraiment, plus en contact avec mon moi profond.

Diana Broussard, in NYC, confinée chez elle.
All rights reserved

Diana Broussard, in NYC, confinée chez elle.
All rights reserved.


LCV Magazine : Quels « petits bonheurs » vous aident à tenir ? 

Diana Broussard : J’essaie de développer une nouvelle routine… Cela inclut de l’exercice physique via des vidéos live Instagram en direct, tels que @dorianrocksfit et @thesaltdrop. M’obliger à m’entraîner tous les jours est tellement positif. Là où certaines personnes mangent de façon excessive, je n’ai pas faim ! Donc, en conséquence, je serai peut-être plus mince dans un corps plus sain d’ici quelques semaines ! (Rires). Je reste en contact avec ma famille et mes amis, et cela m’aide à réaliser que nous sommes tous confrontés à des angoisses et à de la peur, mais il y a beaucoup d’amour autour de nous. Je vous envoie des câlins de New York et Dieu bénisse tout le monde dans le monde.


Un entretien concocté par notre chère Carole Schmitz

, , , , , , , , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.