Alexis Mabille : Entre frivolité et tradition

Membre permanent de la haute couture, le créateur qui a réinventé le nœud papillon n’en fini pas de nous surprendre. Rien ne lui échappe, pas même la décoration.

Luxe Calme & Volupté Magazine : Vous avez il y a quelques temps créer le décor de Frou-Frou, qu’est ce qui vous a inspiré ?

Alexis Mabille : Froufrou comme son nom l’indique est frivole et ludique. J’ai donc été inspiré par le journal satyrique de la fin du 19e qui traitait des spectacles et de la vie sociale de son époque. J’avais envie de recréer une petite brasserie très raffinée et cachée au sein du théâtre avec ses rideaux qui ouvrent sur des portes miroitantes.

LC&V : Comment vous est venu l’envie d’élargir votre horizon à la décoration ?

A.M. : Assez simplement, c’est très lié à mon univers, c’est a dire par le décor ou l ‘épure , créer la personalité d’une personne ou l’aider a la montrer. J’ai aussi la chance au sein de ma famille et parmi les amis d’être entouré par des décorateurs et des architectes. J’ai donc en quelque sorte toujours baigné dedans. D’ailleurs, si je n’avais pas choisi la mode, j’aurai sans doute été décorateur.

LC&V : Que vous apporte la décoration que vous ne trouvez pas dans la mode ?

A.M. : La différence est volumétrique. Il s’agit là de retravailler un espace de vie et de circulation pour un confort de vie. Sinon le reste du process est assez similaire, dessiner, créer des matières ou des imprimés, mélanger des textures et des couleurs pour paysager un lieu.

Alexis Mabille

LC&V : Qu’est ce que l’art de vivre selon Alexis Mabille ?

A.M. : C’est allier l’ornamental au pratique et au plaisir de recevoir.

LC&V : Qu’est ce qui pour vous est essentiel à la création.

A.M. : L’envie, c’est évident.

LC&V : Les designers sont-ils selon vous des enchanteurs du quotidien ?

A.M. : Oui et non, je dirais qu’ils sont davantage des créateurs d’émotions qui suivant les goûts enchantent ou effrayent.

LC&V : Le rôle des designers va-t-il changer dans les années à venir ?

A.M. : Il a déjà beaucoup changé, aujourd’hui il faut être multiple et ouvert au monde, on ne peut rester dans une tour d’ivoire.

LC&V : Y-a-t-il un domaine du design que vous rêvez d’explorer ?

A.M. : Sans hésiter, le mobilier et les luminaires.

LC&V : Quelle est pour vous la pire faute de goût en matière de design ?

A.M. : Il n y en a pas, c’est une question d’association, le laid peut devenir sublime lorsqu’on en joue avec esprit et que l’on a le goût des mélanges.

LC&V : Et en matière de mode ?

A.M. : Le balayage multicolore.

LC&V : Quelle est votre définition du luxe ?

A.M. : La possibilité d’accéder à l’exclusif.

 

LE BEAU FASCINE ET FAIT RÉAGIR ÉMOTIONNELLEMENT

LC&V : En temps qu’architecte qu’auriez vous aimez construire ?

A.M. : L’hôtel Lambert qui est un hôtel particulier situé dans l’île Saint-Louis.

LC&V : Et en tant que designer quel objet auriez vous aimez créer ?

A.M. : La chaise

LC&V : Quelle doit être la qualité principale d’un décorateur ?

A.M. : Savoir interagir avec un lieu et ses vibrations

LC&V :: Le top 3 de vos architectes favoris ?

A.M. : Joseph Dirand, Robert Mallet-stevens, Pierre Chareau

LC&V : Ce que vous détestez par-dessus tout en matière de décoration ?

A.M. : Les voilages en dentelle synthétique

LC&V : La pièce de design que vous aimeriez vous offrir ?

A.M. : Un meuble de Rateau

LC&V : Fautes de gout qui vous inspirent le plus d’indulgence ?

A.M. : Les vitres fumées

Propos recueillis par Carole Schmitz

, , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.