Jean-François Jaussaud : dans l’intimité de Louise Bourgeois

Il est un des photographes les plus demandés en matière de lifestyle, et ses images sont publiées dans les plus grands magazines à travers le monde. Elle est l’une des figures artistique majeure du 20e siècle, et bien qu’elle n’ait eu de cesse de placer ses émotions, ses pulsions sexuelles et sa vie personnelle dans ses oeuvres, Louise Bourgeois n’était pas toujours d’un premier abord facile. Il fallait pouvoir montrer patte blanche pour obtenir le précieux sésame. Passé au crible de ses questions après une première rencontre en 1994 dans son atelier de Brooklyn, le photographe Jean-Francois Jaussaud est finalement adoubé par l’artiste. Cette incroyable rencontre permettra à Jean Francois de réaliser onze années durant des images rares qui montrent l’artiste dans son intimité au coeur de son oeuvre.
Louise Bourgeois’s studio in Brooklyn with SPIDERS, POIDS, and CLOUDS AND CAVERNS in progress in 1995 © The Easton Foundation/VAGA at ARS, NY; Photo: © Jean-François Jaussaud

 

LCV Magazine : Parlez-nous de votre rencontre avec Louise Bourgeois ?
Jean-Francois Jaussaud  : Louise, c’est une rencontre l’hiver 1994, d’abord un rendez vous dans son bureau de l’atelier de Brooklyn une ancienne usine de confection au 475 Dean Street. Un « interrogatoire » un peu étrange et amusant, une sorte de questionnaire presque administratif, date de naissance, adresse, coordonnées … Elle notait tout méticuleusement dans un petit cahier… Très vite elle s’aperçut que je vivais près de Choisy-le-Roi, la ville où elle avait passé une partie de son enfance, elle prit alors un grand plaisir à me faire parler de la ville. Elle me demanda d’aller voir le lieu où était sa maison à l’époque et de lui raconter lors de notre prochaine rencontre. Elle me donna rendez-vous en avril 1995 pour notre première séance photo. Une condition : je veux voir toutes les photos et si elles ne me plaisent pas je détruis !
LCV Magazine : Elle ne laissait rentrer que peu de monde dans son intimité, comment avez vous réussi à la convaincre de vous laisser faire ce travail ?
Jean-Francois Jaussaud : Avril 1995, j’arrive au studio de Brooklyn, j’avais embauché un assistant américain pour me donner un coup de main car je transportais du matériel d’éclairage (le studio était morcelé en espaces baignés d’une superbe lumière naturelle et d’autres étaient juste éclairés de simples ampoules électriques). Mon assistant s’appelait Robert Miller, je le présente, cela fit beaucoup rire Louise, c’était aussi le nom de son galeriste ! Louise s’était préparée, spécialement habillée pour son portrait, elle était très soignée et coquette, pas du tout la tenue qu’elle portait habituellement pour travailler au studio. Elle portait plutôt des superpositions de vêtements usés, souvent recouverts d’une blouse bleu ou grise. Première photo, je suis prêt, j’ai choisi cette sculpture « Eyes » deux grosses boules de granit qui font plutôt penser à des seins. La sculpture trône au milieu du studio, Louise est très joyeuse, elle se place face à la caméra, quelques mots, elle se tourne brusquement, se cache le visage, prise d’une rage soudaine, me dit que ce n’est pas acceptable, je l’agresse, « vole son image », elle part se réfugier dans son bureau… Stupeur, je pense que tout est fini, je n’ai qu’à remballer mon matériel et rentrer à Paris. Quelques minutes passent, Louise revient, grand sourire, elle enfonce une casquette blanche sur sa tête, se place face à moi les deux mains sur les blocs de granit : « C’est bon, maintenant tu peux y aller, je suis protégée ». Deux jours fantastiques dans l’atelier, je suis complètement libre, j’observe, je m’imbibe, je respire le lieu. Louise vient me voir de temps en temps ou bien c’est moi qui la demande pour un nouveau portrait, elle travaille, reçoit, je ne sens que de la joie. Deux jours plus tard, rendez vous à la petite maison de Chelsea, 347W 20th Street, j’ai promis de tout lui montrer. Planches contact N&B, diapositives couleur, j’étale tout sur sa table, elle regarde attentivement, sourit… « C’est bon, tu peux revenir quand tu veux ».
Louise Bourgeois’s home on 20th Street in NYC, May 6, 1998.
© The Easton Foundation/VAGA at ARS, NY; Photo: © Jean-François Jaussaud
LCV : Vous l’avez suivi 11 années durant, quels ont été les moments les plus marquants ?
Jean-Francois Jaussaud : Chaque fois que je suis venu prendre des photos,  je la rejoignais le matin à 9H nous passions toujours quelques instants à discuter avant que je me mette au travail, elle me parlait alors de ses souvenirs de la France et des artistes qu’elle avait connus. De beaux moments de partage.
LCV : Qui était-elle derrière l’artiste formidable que nous connaissons ?
Jean-Francois Jaussaud : Une femme totalement habitée par son art, il n’y avait pas de différence entre sa vie et sa création. Une de ses phrases qui la résume parfaitement : « Art is a guaranty of sanity »
LCV : Qu’est ce qui a séduit l’oeil du photographe que vous êtes à la fois chez la femme et chez l’artiste ?
Jean-Francois Jaussaud : Chez la femme et chez l’artiste une totale implication dans son art, elle était «Habitée». Chaque fois que je franchissais le seuil de la maison je rentrais aussi en elle, tellement ce lieu était incarné.
Louise Bourgeois in her Brooklyn studio with her granite sculpture EYES in 1995.
© The Easton Foundation/VAGA at ARS, NY; Photo: © Jean-François Jaussaud
LCV : Comment se déroulaient vos rendez vous photographiques ?
Jean-Francois Jaussaud : Quand j’étais de passage à New York, je l’appelais le matin avant 9H pour être sûr que ce soit elle qui décroche (car son assistant arrivait à 9H). Certaines fois elle n’était  pas disposée, d’autres fois elle me disait tu peux passer.  J’arrivais alors vers 10H, elle ou son assistant m’ouvrait la porte. Nous passions alors quelques instants à discuter assis à son bureau, puis elle me laissait libre de circular dans la maison toute la journée. Me rejoignant de temps en temps pour me voir travailler ou pour un portrait. J’était totalement libre
LCV : Avec le recul, avez vous réussi a montrer d’elle ce que vous perceviez d’elle ?
Jean-Francois Jaussaud : OUI !
LCV : Un regret ?
Jean-Francois Jaussaud : Ma dernière rencontre avec Louise a eu lieu en 2006. J’avais prévu de me rendre à New York au début du mois de Juin 2010, d’aller la saluer, elle est partie le lundi 31 mai…. Mais, Je la visite encore très souvent…

Propos recueillis par Carole Schmitz

Ouvrage de Jean-François Jaussaud sur Louise Bourgeois, paru début octobre 2019 chez Albin Michel.

 

 

, , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.