Comme un drapeau de fleurs, Mon Colonel…

Bleu

Avez-vous, Mon Colonel, du drapeau touché les iris bleus quand vous vous êtes senti fondre dans les couleurs de l’arc en ciel ? Avez-vous eu le temps de percevoir que vous étiez le beau temps qui pouvait nous revenir ? Et, puisque nous sommes entre nous, que vous a dit la fille de Thaumas, petite fille de notre Terre à défendre, quand elle vous a embrassé ?

Dans ce bleu immense, dans ces voix intérieures, avez-vous eu le temps d’admirer, aux sommets, les magnifiques ancolies et leurs cinq doigts maternels où dorénavant nous pourrons nous refaire à l’eau de votre courage ?

Vous deviez savoir votre âme azurée attendue…

Blanc

Avez-vous, Mon Colonel, dans la vernaculaire envie de l’idée de l’avenir, dans les coups dont nous voudrions préserver nos enfants, entendu les clochettes des perce-neige ? Et leur délicatesse a-t-elle pu percer le froid qui vous venait ? Puisque nous sommes entre nous, nous vous assurons que vous étiez fort et beau, poussé par une grâce profondément humaine et que les fleurs se sont inclinées devant votre vie qui partait dans les flocons de l’au-delà. Comme de la lumière, comme de la lumière…

Vous deviez savoir que le sang des braves change la neige en fleurs et que les anges soufflent parfois sur les cristaux de glace pour réchauffer la terre…

Rouge

Et puis le tapis du danger qui vous claque à la gorge, la fin, le champ de roses, l’incontournable rouge de la métamorphose. Mon Colonel, quand vous allez mourir dans le jardin de la République que vous montre votre engagement absolu ? Que voyez-vous quand vous transverbèrent le parfum des roses et la puissance de l’immensité ? Êtes vous dans le duvet de leurs pétales ? Que dites-vous à l’honneur, au drapeau et aux champs chromatiques de l’éternité ? Puisque nous sommes entre nous, ne répondez pas mais reposez et laissez nous vous aimer.

 

Ce n’est un secret pour personne, vous nourrissiez un amour profond, passionnel, ardent pour la liberté, l’égalité et la fraternité. Saviez-vous qu’un rosier a poussé au cœur de la mare de sang d’Aphrodite ?

 

Quand vous êtes mort, un autre jour s’est levé.

 

– Quelle heure était-il Mon Colonel ?

– Il était l’heure du rouge profond, l’heure du sang. Il était l’heure du grand blanc, celui de la transcendance. Il était l’heure du bleu, de toutes les nuances de bleu qui viennent chercher l’âme et l’envelopper dans son drapeau de fleurs.

 

Le Sanglier

 

*Le Tableau en illustration est La Rue Montorgueil de Claude Monet, réalisé par le peintre impressionniste le 30 juin 1878, à l’occasion de la fête nationale et de la clôture de l’ Exposition universelle.

 

 

, , , , , , , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.