Arno Fougères : Explorer la distance

Le photographe Arno Fougères expose les 14 et 15 juin ses tirages chez Maurice, loft alternatif situé à Boulogne-Billancourt (92), dont nous sommes partenaires depuis le printemps 2013.

Une série de photographies issue de ses voyages sera installée sur l’un des grands murs de l’espace Boulonnais, et ses mots dessinés sur les miroirs tout autour. Comme autant de marques de la pointe de ses pieds, lorsqu’il se meut face aux immensités qu’il traverse en phase d’exploration… Sa démarche aventurière est imprégnée d’une discrétion que l’on aime tant, et qui correspond à nos valeurs profondes, avec le regard d’un homme sain posé sur la vraie vie.

Ses clichés sentent bon la réalité, et vous prennent par la main sans vous pousser dans vos retranchements, et aller jusqu’à la provocation : l’outil favori de certains médias actuels. Arno Fougères préfère laisser à chacun son libre-arbitre. On entre dans son univers, ou l’on y entre pas. Le choix nous appartient, il ne nous le vole pas. Il titille notre sens critique, et pose des questions essentielles… La trajectoires de quelques silhouettes aperçues dans le cadre : où vont-elles ? Que fuient-elles ? Qui rejoignent-elles ?

arnofougeres_TEXTE

C’est que son boitier est remplit d’humanité, à ras bord. Tant qu’il se poste à distance, pour aboutir au contraire d’une démarche intrusive. Comme si, pour se connaître, il fallait se voir de très près, comme si pour s’aimer, il fallait ne faire qu’un, s’absorber, s’aspirer, s’avaler l’un l’autre… Ce n’est certainement pas la voie choisie par cet artiste rare. Le lien à autrui se poste à un niveau bien supérieur, et tisse des enjeux bienveillants. Pour qui connaît le travail d’Arno Fougères en portrait, plus traditionnel, le respect de l’autre s’impose d’ailleurs de la même manière. Il semble même chevillé à son âme d’artiste, et rien ne pourra jamais le dissuader d’approcher ses sujets ainsi… Avec empathie et délicatesse, sans les froisser, avec l’œil dans la serrure, qui reste derrière la porte et n’impose rien de lui.

Dans l’œuvre d’Arno Fougères, il y a l’autre et il y a lui, il y a le groupe, il y a soi, la beauté et l’ennui, la couleur et l’ombre qui se faufile, la ligne droite et la faille, l’abandon et la joie…

A découvrir absolument les 14 & 15 juin, rue Maurice Delafosse Métro Boulogne Jean-Jaurès.

Renseignements au 06 14 36 64 00 et www.kalablanca.com

 

About Karine Dessale

Fondatrice de LCV Magazine en 2009, la journaliste Karine Dessale a toujours souhaité qu'il soit un "média papier en ligne", et la nuance veut tout dire. A savoir, un concept revendiqué de pages à manipuler comme nous le ferions avec un journal traditionnel, puis que nous laisserions traîner sur la table du salon, avant de nous y replonger un peu plus tard... Le meilleur compliment s'agissant de LCV ? Le laisser ouvert sur le bureau de son Mac ou de son PC, avec la B-O en fond sonore, qui s'écoule tranquillement...
View all posts by Karine Dessale →

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.